Alors que la pandémie de Coronavirus – aka COVID-19 – fait rage, les entrepreneurs commencent tout juste à toucher du bout du doigt la catastrophe économique qui point le bout de son nez.

Le but de cet article n’est pas de parler politique ou du COVID-19, mais plutôt de son impact sur les entrepreneurs.

Les USA ferment leurs frontières

A partir de vendredi 13 mars à minuit (jour maudit), aller aux USA sera comme aller en boite de nuit: toute sortie sera définitive.

Il y a un total ban des Européens vers les Etats-Unis pour 30 jours. Seuls exemptés les Américains et les résidents permanents détenteurs d’une green card. Pour le moment, le UK ne fait pas partie du ban… mais c’est juste une question de temps.

L’impact sur les entrepreneurs va être colossal

Je rencontre quasiment toutes les semaines des entrepreneurs français qui se développent déjà ou veulent se développer aux US. Pendant un mois minimum, les plans vont être ralentis voire repoussés.

Une saison des stages remise en question

C’est aussi la saison des stages qui va bientôt commencer. Pour quelques semaines ou pour plusieurs mois, ça va avoir un impact sur les entreprises françaises aux US qui misaient sur ces ressources bon marché et compétentes pour faire jouer leur différence (formation, langue, savoir-faire).

Les PME vont en souffrir énormément

Juste un exemple pour illustrer l’impact du COVID-19 sur les PMEs : les salons annulés en masse ces dernières semaines. Le manque à gagner pour les entreprises est énorme.

Déjà pour les organisateurs qui vont devoir rembourser, réorganiser eur événement. Pour les agences intermédiaires qui construisent les stands, pour les hôtes et hôtesses pour la plupart du temps recrutés localement. Les budgets marketing qui ne seront pas dépensés… et qui peuvent impacter les agences comme la mienne. Les voyages annulés, et donc les hôtels et toutes les répercutions économiques locales.

Selon Fortune Magazine, 28.000 chambres étaient réservées à Barcelone pour le MWC (Mobile World Congress) fin février, manque à gagner de 120 millions de dollars, sans compter les restaurants et les bars qui auraient pu bénéficier du tourisme, les musées, etc.

Et donc les premiers impactés, ce sont les businesses de petite et moyenne taille qui n’ont pas forcément beaucoup de cashflow pour tenir quelques mois avec des revenus réduits, ou qui ne vont pas atteindre les projections de l’année…

Le digital marketing comme solution?

Pour le tourisme, la restauration, et tout ce qui est physique, le digital marketing ne pourra pas faire grand chose. Pour les autres, les événements en ligne peuvent être une grand opportunité !

Les gens vont rester énormément chez eux pendant quelques semaines, voire quelsues mois, un peu en autarcie. Ils vont passer beaucoup plus de temps sur leurs écrans, soit sur Netflix, sinon les réseaux sociaux, et c’est l’occaz de capter leur attention !

Ce n’est définitivement pas la même chose que les événement physiques, mais la façon de communiquer va devoir changer temporairement pour limiter la casse.

Dans le monde du jeu vidéo, la GDC et l’E3 vont pas mal compenser leur annulation avec des événements online gratuits, histoire de conserver un minimum d’engagement avec leur audience. La GDC va faire des stream talks toute la semaine à la place. Et en remplacement de l’E3 2020, il y aura le Xbox Digital Event, les Nintendo Direct, et Ubisoft pense à faire pareil.

Avec la vidéo live sur Facebook, YouTube, LinkedIn, Instagram, ou même Twitch, on peut faire des choses vraiment super avec peu de moyens et peu de matos. A tester donc !

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *